Les diverses gauches sont d’accord pour s’allier à LFI mais sans Jean-Luc Mélenchon

Par Epoch Times
11 juin 2024 10:35 Mis à jour: 11 juin 2024 10:35

Les alliés socialiste, communiste et écologiste de La France insoumise ont tous assuré mardi que l’union de la gauche autour d’un « front populaire » pour les législatives anticipées ne se ferait pas derrière Jean-Luc Mélenchon, lui préférant une « personnalité consensuelle ».

« Il n’y a pas de logique à ce que Jean-Luc Mélenchon soit le candidat » de l’union de la gauche pour Matignon, en cas de majorité à l’Assemblée, a prévenu le premier secrétaire du PS Olivier Faure sur TF1, rappelant que pendant la campagne des européennes « certains mots sont restés en travers de ma gorge ».

Selon le député, « il y avait une espèce d’évidence » lors des précédentes législatives car le leader insoumis avait fait 22% à la présidentielle. Mais dimanche, « c’est Raphaël Glucksmann qui est arrivé en tête de la gauche », a-t-il complété.

(Photo GEOFFROY VAN DER HASSELT/AFP via Getty Images)

De son côté, la députée écologiste Sandrine Rousseau a défendu le choix d’une « personne consensuelle » pour mener la campagne du « front populaire ». « La question de Jean-Luc Mélenchon n’est pas consensuelle dans cet accord », a-t-elle expliqué sur LCI, évoquant les noms de l’insoumis François Ruffin ou de l’ancien dirigeant de la CFDT Laurent Berger, déjà évoqué par Raphaël Glucksmann.

La Palestine comme instrument des élections

Jean-Luc Mélenchon ? « Il n’était pas dans les discussions, nous sommes en train de construire autre chose », a abondé le patron des communistes Fabien Roussel sur France2, dont l’inimitié avec l’ancien triple candidat à la présidentielle est notoire. Mais, a-t-il ajouté, « nous écrirons noir sur blanc que nous défendons ensemble un État de Palestine », sujet sur lequel La France insoumise avait centré sa campagne pour les européennes.

La Nupes, l’alliance grâce à laquelle les mêmes partis de gauche avaient obtenu 151 députés à l’Assemblée nationale en 2022, avait explosé après le 7 octobre, lorsque les dirigeants de LFI avaient notamment refusé de qualifié le Hamas de groupe « terroriste ».

« Il faut jeter la rancune à la rivière ! Sinon quoi ? La vendetta sans fin ? Il faut chercher sans cesse le moyen d’avancer », s’est défendu lundi soir le leader insoumis dans une note de blog, à propos des discussions en cours pour former ce « front populaire ».

Soutenez Epoch Times à partir de 1€

Comment pouvez-vous nous aider à vous tenir informés ?

Epoch Times est un média libre et indépendant, ne recevant aucune aide publique et n’appartenant à aucun parti politique ou groupe financier. Depuis notre création, nous faisons face à des attaques déloyales pour faire taire nos informations portant notamment sur les questions de droits de l'homme en Chine. C'est pourquoi, nous comptons sur votre soutien pour défendre notre journalisme indépendant et pour continuer, grâce à vous, à faire connaître la vérité.

EN CE MOMENT